Simone de Beauvoir

La femme à qui nous devons tout

Née en 1908 à Paris, Simone de Beauvoir est connue pour son rôle de figure militante et ses thèses sur la condition féminine. Dès son plus jeune âge, Simone de Beauvoir s’oppose fermement au mariage et développe des idées féministes ; elle s’intéresse particulièrement à la liberté et à l’autonomie des individus, surtout à celle des femmes. En 1949, elle publie un essai « Le Deuxième Sexe », dans lequel elle dénonce les préjugés de la société à l’égard des femmes et les inégalités qui en aboutissent. L’œuvre, souvent qualifiée de « Bible du féminisme », déclenche une vague de contestations en France et lance le combat pour l’émancipation de la femme, mais crée surtout le scandale. De Beauvoir est la première qui ose revendiquer l’égalité absolue entre les sexes et qui ose aborder ouvertement les sujets controversés de la liberté sexuelle, de la maternité, de l’avortement et de l’exploitation ménagère. En 1971, elle rédige le manifeste des 343, une pétition signée par des femmes notoires qui demande la dépénalisation et la légalisation de l’avortement, publiée dans le Nouvel Observateur. Cette pétition ouvre la voie à la loi Veil, qui sera adoptée en 1975. À sa mort en 1986, la philosophe Élisabeth Badinter déclara : « Femmes, vous lui devez tout ! ».

 

Quelques citations :

On ne naît pas femme : on le devient.

***

La femme n’est victime d’aucune mystérieuse fatalité : il ne faut pas conclure que ses ovaires la condamnent à vivre éternellement à genoux.

***

Personne n’est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu’un homme inquiet pour sa virilité.

***

La dispute durera tant que les hommes et les femmes ne se reconnaîtront pas comme des semblables, c’est-à-dire tant que se perpétuera la féminité en tant que telle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *