La lutte féministe en France – une chronique

1866

Création de l’« Association pour l’amélioration de l’enseignement des femmes » par André Léo (pseudonyme de Léodile Champseix)

1861
Julie Daubié est la première femme a obtenir le baccalauréat.

1869
Création du journal « Le Droit des femmes » par Léon Richer

1869
Fondation de la « Société pour la revendication des droits civils de la femme » par André Léo.

1878
Le premier « Congrès internation du droit des femmes » a lieu : son but est avant tout d’améliorer les droits des femmes dans la vie quotidienne (droits du travail, reconnaissance du travail ménager) et non les droits politiques.

14 juillet 1881
Hubertine Auclert organise la première manifestation féministe et donne ainsi le sens actuel au mot féminisme : la lutte pour l’amélioration de la condition féminine.

1891
Fondation de la « Fédération française des sociétés féministes » pour rassembler les nombreuses associations féministes.

1897
Fondation du premier journal féministe, la Fronde, par Marguerite Durand.

1901 
Création du « Conseil national des femmes françaises »

1909
Création de « L’Union française pour le suffrage des femmes », qui a pour but de créer un parti féministe.

1918
L’Angleterre accorde le droit de vote aux femmes.

1919
L’Allemagne accorde le droit de vote aux femmes.

1919
France: Le droit de vote des femmes est voté par l’Assemblée Nationale.

1922
Le Sénat rejette le projet de loi sur le droit de vote des femmes.

1938
La loi sur les droits civils de la femme mariée est votée, ce qui permet aux épouses d’accomplir plusieurs actes de la vie civile comme ouvrir un compte ou faire des études sans l’autorisation de leur mari.

1944
Le droit de vote est accordé aux femmes françaises. Cela marque la fin de la première vague de féminisme en France.

1949
Parution de l’essai « Le Deuxième Sexe » de Simone de Beauvoir, à l’origine d’une deuxième vague de féminisme en France.

26 août 1970
Des féministes (dont Christiane Rochefort et Monique Wittig) essaient de déposer des fleurs sous l’Arc de triomphe en mémoire à la femme du soldat inconnu. Cette date est souvent utilisée pour marquer la fondation du « Mouvement de libération des femmes ».

1971
Le « manifeste des 343 », rédigé par Simone de Beauvoir, parait dans le Nouvel Observateur. Cette pétition rassemble la signature de 343 femmes ayant subi un avortement (ce qui à l’époque les exposait à des poursuites pénales). Elles revendiquent le droit à l’avortement et le libre accès à la contraception.

1975
L’adoption de la loi Simone Veil dépénalise l’avortement et les femmes gagnent le droit à l’interruption volontaire de grossesse.

Légalisation du droit à la contraception.

Les féministes obtiennent la mixité des concours de la fonction publique.

2003
Fondation du mouvement « Ni putes ni soumises », dont les mots d’ordre sont « mixité », « laïcité » et « égalité ». Cela marque le début d’une troisième vague de féminisme en France.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *