LuxLeaks-Prozess – Procès LuxLeaks

[LU] LuxLeaks-Prozess: Ee Schauprozess géint Finanzplazkritiker

D’Verhandlunge vum Deltour-Prozess kommen elo op en Enn. Dëse Prozess iwwerhaapt zouzeloossen, war allerdéngs schonn eng Virveruertdeelung. Hei gouf probéiert, ee politeschen Akt juristesch ze verhandelen, eng politesch Diskussioun juristesch z’erstécken an d’Responsabel vun industrieller Steiervermeidung hannert engem Geriicht an Deckung ze bréngen. D’Whistleblower ginn an engem Schauprozess als Verbriecher inszenéiert an entwierdegt, während déi moralesch Verbrieche vum “lëtzebuerger Modell” un allen Steierzueler*inne vun der Welt ni viru Gericht wäerte kommen.

All Versuch vun der Verdeedegung, fir déi politesch Dimensioun an de globalen Impakt vun der LuxLeaks-Affär ervirzehiewe gouf vum Riichter ënnerbrach. Hien schéngt dëst Verhalen als seng Haaptaufgab gesinn ze hunn. Wéi kann ee Geriicht den “Interêt General” vun der Verëffentlechung vun den Tax-Rulinge feststellen, wann iwwert déi politesch Enjeue vun der Affär net wierklech geschwat gëtt? Wéi kann ee Geriicht virginn, neutral ze sinn, wann et bei der Verhandlung em den Interêt générale sech selwer och den Interêt vun der Finanzplaz verflicht spiert?

An dësem Prozess gouf genee wéi bei der eigentlecher LuxLeaks-Affär gewisen, datt Lëtzebuerg kee souveräne Staat ass. Lëtzebuerg bedreift een Outsourcing vun der Gesetzgebung: Grousskonzerner hunn sech speziell Steiergesetzer vun Auditfirme schreiwe gelooss an d’Roll vum Staat gouf op d’Ofstempelen dovunner reduzéiert. An déi Stempele ware net banal, mat engem eenzegen huet IKEA 1 Milliard Erspuernisser konnte maachen, déi europäesche Länner fir hir Infrastruktur an hir Sozialsystemer fehlen. Och d’Panama-Papers hunn nach eng Kéier gewisen, dat Lëtzebuerg Réckzuchsgebitt vun der Finanzindustrie ass. De Fall vum Chef vun der lëtzebuerger Finanzopsiicht, dee bis viru Kuerzem nach selwer an d’Kreatioun vu Bréifboîte-firmen involvéiert wor, gëtt net ënnersicht. Dës Persoun musst net zerécktrieden, mä krut vum Finanzministère de Réck gestäipt. Recht a Gerechtegkeet leien zu Lëtzebuerg wäit auserneen. Dëst Lëtzebuerg huet keng Existenzberechtegung.

Lëtzebuerg ass, wéi de Gabriel Zuccman et scho viru LuxLeaks a PanamaPapers treffend formuléiert huet, eng Kolonie vun der internationaler Finanzindustrie. D’lëtzebuerger Police (déi dem Antoine Deltour “Antikapitalismus” virwërft), d’Justiz, d’Regierung, déi riets Oppositiounsparteien an eben och d’Steierverwaltung stinn am Déngscht vun der Finanzplaz. Och d’lëtzebuerger Press schéngt Lëtzebuerg léiwer als Affer vun auslännesche Campagnen ze gesinn amplaz de Skandaler sur Place nozegoen. Grouss Deeler vun der Bevëlkerung schénge bereet ze sinn, sech weiderhin zum mënschleche Schutzschiirm vun der Finanzplaz maachen ze loossen.

Mir wëllen eng gerecht Welt, an där eis Ressourcen an eise Räichtum gerecht verdeelt sinn. Dofir muss de weltwäiten “Interêt général” zielen, net dee vu Lëtzebuerg.
Dofir muss Lëtzebuerg seng Finanzplaz verléieren.
Dofir muss et selbstverständlech ginn, sech och zu Lëtzebuerg géint d’Finanzplaz staark ze maachen.
Dofir musse Whistleblower, déi Mechanisme vun der Finanzplaz public maachen, geschützt ginn.
Déi lëtzebuergesch Finanzplaz huet vun Ufank un just dozou gedéngt, Räicher nach méi räich ze maachen.
Mir däerfen net méi laang nokucken.
Stierf, Finanzplaz!

[FR] Procès-LuxLeaks: Un procès-spectacle contre la place financière

Les négociations du procès Deltour arrivent à leur fin. Le fait qu’on ait permis ce procès, fut déjà une pré-condamnation et a démontré l’envergure de cette affaire. On a essayé de négocier un acte politique devant la justice, d’étouffer juridiquement un débat politique  et de mettre à l’abri les responsables de l’évasion fiscale derrière les portes du tribunal. Lors de ce procès-spectacle, les lanceurs d’alerte ont été présentés comme des criminels, alors que les crimes, moralement injustifiables, du « modèle luxembourgeois » face aux contribuables du monde entier, ne sont pas remis en question.

Toutes les tentatives de la part de la défense de démontrer l’ampleur politique et l’impact global de l’affaire « LuxLeaks » ont été interrompus par le juge. Il semble avoir fait de ce comportement son principal devoir lors de ce procès. Comment est-ce qu’un tribunal peut  mettre en évidence l’intérêt général des révélations sur les “tax rulings”, lorsqu’un débat concernant les enjeux politiques n’est ni souhaité ni mené ? Comment est-ce qu’un tribunal peut être neutre, lorsque celui-ci se résoud à défendre l’intérêt de la place financière lors des négociations sur l’intérêt général?

Ce procès, tout comme les révélations « LuxLeaks », a  montré que le Luxembourg n’est pas un État souverain. Le Luxembourg pratique une externalisation de sa législation : des sociétés d’audit préparent les textes pour les multinationales et l’État est réduit à l’estampillage de ces formulaires. Et ces cachets ne sont pas anodins: grâce à un seul cachet, IKEA a réussi à économiser près d’un milliard d’euros, argent qui manque aux États européens pour la construction d’infrastructures et le maintien de leur système social. Les Panama-Papers ont de nouveau démontré que le Luxembourg est bel et bien un lieu de refuge du secteur financier. Dans le cas du chef de la supervision financière, qui une fois de plus a récemment été impliqué  dans la création de sociétés “boîte aux lettres”, aucune enquête n’a encore été ouverte. Cet individu n’a pas été contraint à démissionner, mais a été soutenu par le ministère de la justice.
La loi et la justice sont discortdantes au Luxembourg. Ce Luxembourg-là n’a aucun droit d’exister.
Le Luxembourg est, comme Gabriel Zuccman l’avait formulé avant les révélations LuxLeaks et les PanamaPapers, une colonie du secteur financier international. La police luxembourgeoise (qui accuse Antoine Deltour d’«anticapitalisme»), la justice, le gouvernement, les partis d’opposition de droite et l’administration fiscale sont au service de la place financière. Même la presse nationale semble préférer représenter le Luxembourg comme victime de campagnes étrangères au lieu d’examiner les scandales sur place. Une grande partie de la population luxembourgeoise autorise toujours qu’on l’utilise comme écran de protection pour la place financière.
Nous voulons un monde juste, dans lequel nos ressources et nos richesses sont distribuées équitablement. L’intérêt général du monde entier doit l’emporter sur celui du Luxembourg.
Voilà pourquoi le Luxembourg doit se défaire de sa place financière.
Voilà pourquoi il doit devenir indépendant et se révolter contre cette place fincancière.
Voilà pourquoi il est nécessaire de protéger les lanceurs d’alertes qui rendent public les manèges de la place financière, dont l’unique but était de rendre les riches encore plus riche.
Ne fermons pas les yeux face à cette injustice.
Mort à la place financière !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *